2 Octobre 2019

40 ans du MBA : Portrait de Maximilien Roy, président-directeur général du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec

Cet article fait partie d'une série de portraits de diplômé.e.s du MBA dans le cadre des 40 ans du programme.

Depuis novembre 2018, les jeunes professionnels et entrepreneurs d’affaires d’ici comptent sur l’expérience et le talent de Maximilien Roy pour les représenter en tant que président-directeur général du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec. Doté de compétences remarquables en gestion, en finances, en politique et en communications, Maximilien Roy a notamment travaillé comme directeur du bureau de circonscription de Justin Trudeau et en tant que directeur des opérations au cabinet de la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly.

Dans votre parcours professionnel, de quoi êtes-vous le plus fier?

J’ai travaillé sur le projet Wataynikaneyap Power (Watay). Mené par les autochtones, Watay visait la construction de lignes de transmission hydroélectrique afin de connecter 16 communautés éloignées des Premières nations du nord de l’Ontario. Je suis extrêmement fier qu’on ait pu réaliser ce projet de plusieurs milliards de dollars et ainsi permettre de diminuer de 60 % le nombre de communautés autochtones utilisant des génératrices au diesel en Ontario.

Que vous a apporté le MBA de l’ESG UQAM?

C’est vraiment un coffre à outils complet. Dès qu’on a une question ou qu’on fait face à un enjeu sur le plan de la gestion, on sait exactement où aller chercher l’information. Les ressources qui nous sont données par le MBA sont toujours utiles pour la suite des choses.

Étant donné la réalité du monde des affaires à laquelle sont confrontés les cadres québécois, en quoi le MBA de l’ESG UQAM répond-il à leurs besoins?

Tout ça, c’est une question d’efficience. L’entrepreneuriat et le monde des affaires en général vont toujours de plus en plus vite, c’est un rythme assez effréné. Il faut avoir les bons outils et les bonnes ressources pour y faire face. Le MBA permet d’avoir de bons réflexes afin de répondre aux enjeux qui se dressent devant nous.

Partager :