22 Septembre 2020

La recherche, un monde à part?

Myriam Saucier, étudiante à la maîtrise ès sciences de la gestion (spécialisation management), fait ses premiers pas en recherche grâce à la Bourse de formation à la recherche du Mitacs. Portrait.

Il y a un peu moins d’un an, Myriam Saucier était loin d’imaginer la tournure qu’allait prendre son parcours universitaire. « Durant mon baccalauréat en management, j’ai eu plusieurs cours avec Valérie Michaud. Un jour après le cours, j’ai été la voir afin de lui parler de mon projet de continuer à la maîtrise. Elle m’a directement encouragée à me diriger vers un profil mémoire ». 

La native de Sept-Îles n’avait pas vraiment envisagé cela : « J’avoue que je ne désirais pas me diriger vers la recherche (rire). Mais Valérie avec son enthousiasme m’a convaincue de découvrir cette pratique. »

La Bourse de formation à la recherche comme déclencheur

Après avoir passé toute sa scolarité sur la Côte-Nord, Myriam a commencé son baccalauréat en 2018 à l’ESG UQAM. « J’ai commencé à travailler avec Valérie sur les organisations de l’économie sociale en début d’année grâce à mes cours à la maîtrise. Nous avons ensuite profité de la Bourse de formation à la recherche du Mitacs afin de prolonger la collaboration ».

Cette bourse permet à des étudiants de découvrir et de se familiariser à un projet de recherche. « Le projet en question s’intéresse à l’émergence d’un phénomène dans certaines de ces organisations : la codirection, soit le remplacement d’une personne à la direction générale par deux personnes codirectrices ».

La recherche démystifiée

Cette bourse donne l’opportunité de découvrir la recherche, mais surtout de démystifier cette pratique! « J’ai toujours pensé que la recherche était un monde particulier, un peu inaccessible et surtout très long (rire)! » Autant dire que la perception de l’étudiante a évolué, « En réalité, ce n’est pas si compliqué. Vivre un projet de l’intérieur a changé ma vision de la recherche ».

En plus d’en apprendre davantage sur les entreprises sociales et collectives, la Septilienne a découvert de nombreuses pratiques en recherche, « Réaliser des revues de littérature et des entrevues, tout cela est nouveau pour moi. Je suis vraiment chanceuse d’être accompagnée par Valérie Michaud, non seulement elle m’a fait découvrir le monde de la recherche, mais il y a une vraie complicité qui s’est nouée entre nous. Elle va d’ailleurs probablement encadrer mon mémoire ».

Même si l’étudiante n’a pas encore décidé si elle prolongera l’aventure au doctorat, sa vision de la recherche a profondément changé, « la recherche c’est le fun! ».

En savoir plus sur la Bourse BFR Mitacs 

Partager :