26 Novembre 2013

Lancement du Baromètre 2013 de la consommation responsable au Québec

4e édition du Baromètre de la consommation responsable au Québec

Les Québécois seraient-ils les champions de la consommation responsable? L'affirmer serait faire preuve d'un peu trop d'optimisme, mais les résultats colligés dans la 4e édition du Baromètre de la consommation responsable sont plus qu'encourageants. L'outil, publié annuellement par l'Observatoire ESG UQAM de la consommation responsable (OCR) a pour objectif de mesurer le degré de consommation responsable des Québécois et de dresser un portrait de leurs attentes, de leurs attitudes, de leurs motivations d'achat et de leurs actions responsables.

«L'indice de la consommation responsable s'établit à 65,4, soit trois points de plus que l'an passé», indique Fabien Durif, professeur au Département de marketing de l'ESG UQAM, cofondateur et directeur de l'Observatoire. L'indice, en hausse constante, montre que les Québécois sont des consommateurs de plus en plus responsables, note le professeur. «Ils recyclent, réfléchissent aux impacts de leur consommation et achètent des produits et services écoresponsables.»

Selon Fabien Durif, l'année 2013 marque un tournant pour le Québec. «C'est la première fois que plusieurs des comportements responsables, dont le recyclage, la consommation locale et la déconsommation, sont en progression.» La tendance est à la consommation locale et à la protection de l'environnement (au recyclage, par exemple). Les Québécois sont de plus en plus friands de produits écoresponsables, remarque Fabien Durif, et les produits locaux ont la cote. «Ce sont les fraises, les pommes, les laitues et les viandes et volailles produits ici que l'on retrouve le plus souvent dans le panier d'épicerie des Québécois.» La certification la plus connue auprès des Québécois après Energy Star, c'est d'ailleurs Aliments du Québec, qui fait la promotion des produits d'ici. «L'entreprise a fait beaucoup de publicité pour faire connaître sa certification et sensibiliser les gens à l'achat local», note le professeur. Le prix, qui constituait un frein à l'achat local ou éco-responsable, compte moins. «Les gens sont prêts à payer un produit plus cher par conviction ou pour faire leur part pour l'environnement.»

«Les femmes et les baby-boomers sont les consommateurs les plus responsables.»

Parmi les marques de produits responsables les plus connues figurent Cascades et Biovert. «Cascades reste à la fois la marque et l'organisation jugée comme la plus responsable par les Québécois.» Fait intéressant: de plus en plus de Québécois affirment faire confiance aux entreprises. «On observe une reprise de la confiance, dit Fabien Durif. Les entreprises réussissent mieux à faire passer leur message.»

Les femmes et les baby-boomers sont les consommateurs les plus responsables. «Les femmes semblent être plus motivées et sensibles que les hommes. Elles sont prêtes à faire l'effort pour obtenir de l'information sur les produits et les marques écoresponsables.» Les jeunes de 15 à 24 ans, quant à eux, traînent de la patte. «Ils utilisent davantage les transports en commun que les autres. Mais peut-être n'ont-ils pas le budget pour s'acheter une voiture…», commente le professeur. Règle générale, les consommateurs toutes catégories confondues estiment qu'ils manquent d'information sur les attributs des produits, qu'ils se disent novices ou habitués.

Le professeur Fabien Durif, directeur de l'Observatoire ESG UQAM de la consommation responsable (OCR)

Le professeur Fabien Durif, directeur de l'Observatoire ESG UQAM de la consommation responsable (OCR)

Partager :