20 Octobre 2016

La professeure Sandrine Promtep participe à un grand projet sur l’accès au droit et à la justice (ADAJ)

La professeure Sandrine Promtep participe à un grand projet sur l’accès au droit et à la justice (ADAJ)

La professeure Sandrine Promtep du Département de marketing s’implique sur un nouveau projet de recherche portant sur l’accès au droit et à la justice (ADAJ), le plus important du genre au Canada.

L'objectif central de cette recherche est de remettre le citoyen au cœur du système juridique. En tout ADAJ regroupe 42 chercheurs et collaborateurs de 9 universités et 44 partenaires de la justice. Il regroupe notamment la Cour supérieure, la Cour du Québec de même que le ministère de la Justice du Québec, de nombreuses cliniques juridiques de quartier, le Barreau du Québec, la Chambre des notaires, SOQUIJ et Éducaloi.

Les travaux du consortium se déploieront dans 20 chantiers de recherche, chacun comportant différents projets-pilotes, et se poursuivront sur une période de six ans. Les chantiers aborderont des problèmes auxquels la justice et les citoyens sont confrontés aujourd’hui: la multiplication des citoyens qui se représentent seuls devant les tribunaux, l'incompréhension du langage juridique, le développement des pratiques de médiation et de conciliation, la compensation du justiciable par recours collectif, la méfiance du citoyen vis-à-vis des praticiens de la justice. Chaque chantier mettra à contribution l'expertise des chercheurs universitaires et les connaissances des acteurs du système de justice.

La professeure Sandrine Promtep est associée au chantier de recherche Le plumitif accessible. Le plumitif est un document contenant des informations juridiques à caractère public, relatif  à une instance civile ou criminelle, qui permet aux citoyens d'avoir accès au suivi de leur dossier. L'objectif du chantier est de concevoir une plateforme qui favorisera l'accès aux plumitifs et facilitera leur compréhension et leur lisibilité. Au sein de cette équipe de chercheurs, Sandrine Promptep va pouvoir apporter son expertise en qualité de services électroniques: « Mon étude va porter sur l’expérience utilisateur afin d’améliorer l’accès à l’information juridique des citoyens ».

Bénéficiant d’une subvention de 2,5 millions de dollars du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, le projet ADAJ a également reçu 1,4 millions de dollars de différents partenaires.

Partager :