Portrait d’entrepreneur : Jean-François Lamy et Aquartis

Portrait d’entrepreneur : Jean-François Lamy et Aquartis

AQUARTIS est un projet de longue haleine. Après avoir commencé le développement de la technologie en 2008, Jean-François Lamy fonde la compagnie AQUARTIS en 2010 et commence la commercialisation de systèmes de recyclage d’eau grise en 2014. Installés au cœur des bâtiments, ces systèmes permettent de réduire considérablement la consommation d'eau.

Quel est ton parcours à l’ESG?

J’ai obtenu mon baccalauréat par cumul en 2011, après avoir complété trois certificats : en administration, en finance, et en commerce international.

Quel a été le plus grand défi rencontré lors de la création de l’entreprise?

Mettre au point la technologie a été mon premier grand défi. Par la suite, c’est aller chercher des subventions en innovation et ingénierie qui a représenté un défi majeur.

Quels sont tes projets pour l’avenir?

Je souhaite que la compagnie se développe à l’international. Je me suis beaucoup concentré sur le marché québécois pour la phase de validation, et pour obtenir des clients références. Je termine une ronde de financement et ça va nous permettre d’aller sur le marché international et notamment en Californie.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui démarre son entreprise?

Se fier à son instinct. Ça m’est arrivé de suivre un conseil, avec lequel je n’étais pas forcément en phase, et finalement ce n’était pas une bonne décision. Il faut absolument se faire confiance quand on se lance en affaires, car tout le monde a un avis sur le projet.

Qu’est-ce que t’a apporté le Centre d’entrepreneuriat?

Le Centre d’Entrepreneuriat de l’ESG m’a apporté beaucoup mais principalement de la confiance pour me lancer. Dire aux gens que tu te lances en affaires, parler à quelqu’un de ton projet pour la première fois, ça fait peur. Parler aux conseillers qualifiés du Centre, qui t’aident à affiner ton projet, à le vendre, c’est une aide incroyable!

Quelle est ta plus grande réalisation/fierté dans cette aventure?

J’ai beaucoup focusé sur l’obtention de clients référents pour me bâtir une crédibilité. Un en particulier : je voulais obtenir un contrat avec les Canadiens de Montréal. J’ai talonné mon contact là-bas pendant 3 mois, coup de fils, courriels, tout! Un jour, j’ai réussi à décrocher un reportage avec Radio-Canada que je lui ai envoyé. Suite à ça, il m’a invité pour présenter mon projet et j’ai signé une entente avec eux il y a un mois. Je suis pas mal fier de ça!