16 Novembre 2017

Le professeur Michel Archambault reçoit la Légion d'honneur française

Jean-Marc Eustache, Robert Proulx, Michel Archambault, Laurence Haguenauer, Benoit Bazoge, Lise Bissonnette et Magda Fusaro. Photo: Nathalie St-Pierre

Jean-Marc Eustache, Robert Proulx, Michel Archambault, Laurence Haguenauer, Benoit Bazoge, Lise Bissonnette et Magda Fusaro. Photo: Nathalie St-Pierre

Le mercredi 15 novembre, le Consule générale de France au Québec madame Laurence Haguenauer a remis les insignes de Chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur au professeur émérite Michel Archambault du Département d'études urbaines et touristiques. Cette reconnaissance, la plus haute distinction française, récompense les personnes ayant rendu des services éminents à la France.

Avec cette décoration, le gouvernement français a souhaité reconnaître la brillante carrière de Michel Archambault et son importante contribution au rayonnement de l’industrie touristique française et son soutien sans faille à l’opérateur Atout France, en présence notamment de l’ancien Premier Ministre, Pierre-Marc Johnson, du recteur de l’UQAM, Robert Proulx, de la future rectrice de l'UQAM, Magda Fusaro, du directeur d’Air France Canada, Jean-Noël Rault et de la directrice d’Atout France Canada, Mélanie Paul-Hus.

Professeur émérite à l’ESG UQAM, Michel Archambault est diplômé d’un doctorat en sciences économiques appliquées de l’Université libre de Bruxelles. Au cours de sa carrière, il a occupé plusieurs postes au sein de la haute administration du gouvernement du Québec dont celui de sous-ministre adjoint au Tourisme. C’est à la faveur de ce poste que son intérêt pour le tourisme a pris toute sa dimension.

Il créé en 1992 une Chaire de tourisme au sein de l’ESG UQAM, devenue depuis la « Chaire de tourisme Transat ». Il est également le président-fondateur du Réseau de Veille en Tourisme, un organisme dédié à la collecte, à l’analyse et à la diffusion d’informations stratégiques, cité comme un modèle à suivre par l’OCDE dans un rapport de 2010. Sa publication électronique Globe Veilleur touche plus de 50 000 visiteurs tous les deux mois, dont une majorité dans les pays francophones.

Partager :