7 Décembre 2018

Grand Rassemblement pour les tout-petits

Photo: Nathalie St-Pierre

La professeure du Département des sciences économiques Catherine Haeck, membre du Comité scientifique du Grand rassemblement pour les tout-petits, a participé au panel d’ouverture du Grand rassemblement pour les tout-petits, qui se tenait les 20 et 21 novembre 2018 à Québec. Elle y a présenté un survol de ses principaux travaux touchant le développement des tout-petits et leur famille. Cet évènement rassemblait près de 700 acteurs en petite enfance, particulièrement des décideurs des paliers local, régional et provincial. Le Grand rassemblement pour les tout-petits était un élément phare de l’édition 2018 de la Grande semaine des tout-petits.

« D’un point de vue économique on voit qu’au Québec les parents travaillent plus depuis 20 ans, la conciliation famille-travail est plus difficile, le temps d’interaction positive avec l’enfant diminue et ça se ressent chez les enfants qui sont plus anxieux, plus émotifs, et plus hyperactifs. J’ajouterais aussi que le lien entre le revenu des parents et ceux des enfants une fois adulte s’accentue depuis deux décennie (pour les jeunes nés entre 1960 et 1985), et qu’il y a  donc moins de mobilité économique maintenant qu’il y a 25 ans. Il nous reste donc du chemin à faire pour assurer l’égalité des chances et parvenir à un meilleur équilibre famille-travail», affirme Catherine Haeck.

La professeure a également co-signé une lettre avec 56 autres personnes, dont les membres du Comité scientifique du Grand rassemblement pour les tout-petits, "Le Québec en fait-il assez pour ses tout-petits ?".

Partager :