29 Octobre 2019

40 ans du MBA : Portrait de Geneviève Dumas, directrice générale du Fairmont Le Château Montebello

40 ans du MBA : Geneviève Dumas

Cet article fait partie d'une série de portraits de diplômé.e.s du MBA dans le cadre des 40 ans du programme.

Directrice générale du Fairmont Le Château Montebello depuis bientôt huit ans, Geneviève Dumas a fait aussi partie des équipes de directions de deux autres hôtels de la même chaîne et a également tenu un poste similaire pour les chaînes Marriott et Hilton. Experte du domaine hôtelier, elle enseigne à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), où elle a d’ailleurs étudié. Elle s’implique aussi au sein de son milieu, en participant à divers comités et conseils d’administration. Geneviève Dumas a obtenu à plusieurs reprises des marques de reconnaissance de l’ESG UQAM, notamment en recevant le prix Coup de cœur au Gala Prix Performance 2013.

Dans votre parcours professionnel, de quoi êtes-vous la plus fière?

Je suis vraiment fière d’avoir dépassé les objectifs que je m’étais fixés, principalement de devenir directrice générale. On m’avait dit, plus d’une fois, que je ne réussirais pas parce que j’étais une femme. J’ai persisté et j’ai obtenu le poste que je voulais. Aujourd’hui, nous ne sommes encore que cinq directrices générales sur 122 postes au total. Je souhaite que d’autres fassent comme moi et persévèrent pour se rendre jusque-là.

Que vous a apporté le MBA de l’ESG UQAM?

En terminant mon MBA, la première chose que l’un de mes supérieurs m’a dite est que tout le monde savait que j’étais capable d’accomplir le travail, mais que, maintenant, j’avais le diplôme pour le prouver. Je pense que le MBA est la garantie qu’une personne possède dorénavant des compétences élargies. Le programme nous ouvre toutes sortes d’horizons : on y voit plusieurs entreprises et milieux différents. Quand on termine le programme, on en sort grandi, parce qu’on possède des expériences variées et plusieurs façons de gérer.

Étant donné la réalité du monde des affaires à laquelle sont confrontés les cadres québécois, en quoi le MBA de l’ESG UQAM répond-il à leurs besoins?

Il faut continuellement se réinventer et penser autrement. Ainsi, le MBA nous fait voir des façons de réfléchir en dehors des sentiers battus. Cette compétence est encore davantage essentielle aujourd’hui. On fait face à des pénuries de main-d’œuvre, ce qui nous oblige à trouver des solutions innovatrices pour réussir. Grâce à mon MBA, je me sens à l’aise de prendre des décisions.

Partager :