10 Décembre 2019

40 ans du MBA : Portrait de Nicolas Charette, gestionnaire des opérations de Starlink Aviation

40 ans du MBA : Portrait de Nicolas Charette

Cet article fait partie d'une série de portraits de diplômé.e.s du MBA dans le cadre des 40 ans du programme.

Chef pilote de département corporatif, pilote de ligne Boeing 767-300 et instructeur-inspecteur Boeing 737-800, Nicolas Charette poursuit aujourd’hui sa carrière comme gestionnaire des opérations pour Starlink Aviation. Il est aussi derrière la création de petites entreprises immobilières qui lui ont permis de gagner de l’expérience en gestion de projet. Leader ambitieux, soucieux des besoins de la main-d’œuvre, il s’est également impliqué au sein de l’association des MBA pour cadres (AMBAC) et de deux comités à l’ESG UQAM. 

Dans votre parcours professionnel, de quoi êtes-vous le plus fier? 

Il y a plusieurs choses dont je suis fier, parce que j’ai eu, en quelque sorte, plus d’une « vie » professionnelle. Tout d’abord, je suis bien content d’avoir été instructeur-commandant sur le Boeing 737-800, mais c’était dans mon ancienne vie, avant le MBA. Maintenant, je trouve ma fierté principalement dans l’intégration d’une philosophie managériale à l’intérieur d’un milieu opérationnel. 

Que vous a apporté le MBA de l’ESG UQAM? 

Le MBA m’a apporté une vision et une compréhension de ce qui se passe autour de moi. Il m’a permis de voir la réalité du milieu et ses enjeux de différents angles : financier, opérationnel, ressources humaines, etc. Durant le MBA, on touche à toutes ces sphères, ce qui nous sert par la suite dans notre lieu de travail. En comprenant mieux le point de vue de chacun, les échangent s’en trouvent bonifiées. 

Pour ma part, l’aviation est un domaine traditionnellement opérationnel, composé d’individus qui progressent à partir d’expertises de terrain. Grâce au MBA, je suis arrivé avec un contrepoids managérial et une vision d’ensemble que d’autres n’avaient pas. 

Étant donné la réalité du monde des affaires à laquelle sont confrontés les cadres québécois, en quoi le MBA de l’ESG UQAM répond à leurs besoins? 

En étant connecté avec des professeurs et des collègues ainsi qu’avec les dernières pratiques du domaine, on reste à l’avant-plan en termes de réflexion. On se crée des barèmes avec ce qui se passe dans l’industrie. Cela amène une mise à jour en ce qui concerne les meilleures pratiques. 

Sans nécessairement être encore en contact avec tous mes pairs du MBA, je sais que je peux être en contact avec eux. Je ne dirais pas que c’est un lien régulier, mais c’est un lien permanent. Il y a tout de même une grande valeur à ce qu’on a fait ensemble. 

Partager :