18 Janvier 2019

Nouvelle chaire stratégique

Le Conseil d'administration de l'UQAM a approuvé la création, le 18 décembre dernier, d'une nouvelles chaire stratégique pour un mandat de trois ans. Son programme de recherche porte sur l'impact local des firmes multinationales. Elles s'ajoutent aux 19 autres chaires stratégiques mises sur pied depuis 2014.

Lancé à l'automne 2013, le programme des chaires stratégiques de recherche vise à soutenir le développement de la recherche et de la création à l'UQAM, en particulier dans des domaines émergents, intersectoriels ou novateurs. Les chaires sont attribuées à un seul titulaire par voie de concours selon les critères suivants: le potentiel d'innovation des travaux proposés et de collaborations internes et externes, les retombées scientifiques, sociales et culturelles, ainsi que l'intégration et l'encadrement des étudiants.

Impact des firmes multinationales

Julien Martin.Photo: Émilie Tournevache

Présentes dans tous les secteurs de l'économie, les firmes multinationales posent des défis particuliers aux autorités publiques. Comment leurs activités à l'étranger affectent-elles l'économie des pays, des régions et des villes où elles opèrent? Quelle fiscalité faut-il adopter? Doit-on réguler les multinationales du numérique? Ces questions seront étudiées par la Chaire de recherche sur l'impact local des firmes multinationales, dont le titulaire est le professeur Julien Martin, du Département des sciences économiques. Le programme de recherche de sa chaire prendra la forme de trois chantiers. Le premier consiste à documenter la structure des réseaux internationaux des firmes multinationales et à évaluer leur rôle dans la transmission des chocs (modifications imprévues des conditions de production) dans l'économie. Le second analysera l'effet de l'évitement fiscal des firmes multinationales sur la concurrence et les comportements des entreprises locales.  Le troisième intégrera les géants du numérique dans l'étude des interactions entre les activités des multinationales et les économies locales. Les travaux seront menés en collaboration avec, notamment, la Chaire d'information financière et organisationnelle (CIFO), la Chaire de recherche du Canada sur les répercussions régionales de la mondialisation, le Centre d'étude sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) et le Laboratoire de recherche sur les technologies du commerce électronique (LATECE).

Partager :