11 Novembre 2021

L’étudiant Alix Largerie représente le CF Montréal au jeu vidéo FIFA 22

Lui-même un ancien joueur de soccer, Alix Largerie joue pour le plaisir depuis l’enfance à la série de jeux vidéo FIFA. Photo : CF Montréal

Alix Largerie, étudiant au baccalauréat en sciences comptables de l’ESG UQAM, a signé un contrat avec l’équipe du CF Montréal jusqu’en 2023 avec une possibilité de prolongation jusqu’en 2024. Son rôle? Représenter le CF Montréal à toutes les compétitions de sport électronique, entre autres la eMLS, un tournoi hivernal dans lequel s’affrontent les représentants de chacune des 27 équipes de la Ligue majeure de soccer.

La feuille de route de l’étudiant de 23 ans est impressionnante. En 2020, celui qui est connu sous le pseudonyme Loux11 a représenté le mythique Ajax d’Amsterdam en vue de la Coupe du monde de e-sport. Cette année, Alix Largerie s’est classé au sixième rang en Amérique du Nord au jeu FIFA 21 et il est déjà considéré comme l’un des meilleurs au jeu FIFA 22, sorti en septembre. « Je suis emballé à l’idée de jouer pour le club de ma ville d’adoption, mentionne l’étudiant originaire de Saint-Pierre-et-Miquelon, venu étudier au Québec il y a six ans. Alors que plusieurs équipes de la MLS ne prennent pas le sport électronique au sérieux, la direction du CF Montréal y croit et est très impliquée dans le projet. »

Au cours du dernier mois (il a signé son contrat en octobre), Alix Largerie a pu se familiariser avec les partisans de l’équipe. « À tous les matchs à domicile, j’étais présent au Stade Saputo dans la zone consacrée au sport électronique, raconte-t-il. Les gens venaient me voir pour me poser des questions sur mon parcours ou mes techniques de jeux. J’ai aussi reçu plusieurs messages d’appui sur les réseaux sociaux. »

Domaine en effervescence

Industrie générant plus d’un milliard de dollars annuellement, le sport électronique – communément appelé e-sport – est en effervescence partout sur la planète. Les meilleurs joueurs des jeux vidéo les plus populaires, comme FortniteLeague of Legends ou Call of Duty, gagnent des millions de dollars et sont suivis par des millions de personnes. « Le jeu FIFA n’est pas à ce niveau, nuance Alix Largerie. Lors des compétitions pour la Coupe du monde, environ 5000 à 10 000 personnes regardaient mes matchs en ligne et les matchs que je dispute dans la vie de tous les jours sont suivis par une centaine de personnes sur la plateforme Twitch. »

Lui-même un ancien joueur de soccer, Alix Largerie joue pour le plaisir depuis l’enfance à la série de jeux vidéo FIFA. « J’ai commencé à jouer de façon sérieuse au début de la pandémie, raconte celui qui souhaite se diriger dans le domaine du management du sport après son baccalauréat. J’ai gagné des championnats, j’ai vaincu le meilleur joueur en Amérique du Nord et, de fil en aiguille, j’ai commencé à me faire un nom dans le milieu. »

Selon lui, le secret pour connaître du succès à FIFA n’est pas d’avoir des pouces ultra rapides. « C’est un jeu très cérébral où tu dois analyser ton adversaire, construire tes attaques et réfléchir aux stratégies défensives, dit-il. Il faut garder son sang-froid même lorsque l’on perd du terrain et tirer des leçons de ses défaites. »

Pour s’entraîner, Alix joue environ deux heures par jour. « Je ne négligerai jamais mes études pour jouer à un jeu vidéo. Même si je prends les compétitions au sérieux, je sais que c’est un loisir et que ma carrière de gamer sera éphémère. »

Catégories :
Partager :