10 Juin 2021

Lynn Jeanniot : portrait d’une donatrice et d’une diplômée engagée

Photo : Nathalie St-Pierre

Toute jeune, Lynn Jeanniot savait que ce qui la ferait vibrer plus tard, c’était le monde des affaires. « J’ai baigné dans ce milieu toute ma vie. Mon père nous emmenait souvent voir son bureau chez Air Canada, explique l’administratrice de sociétés à la Caisse de dépôt et placement du Québec. Rapidement, j’ai su que c’était pour moi. »

Elle s’inscrit à un baccalauréat en relations industrielles à l’Université de Montréal, « un bon mariage entre l’administration, les finances et les ressources humaines ». Mais, même avec son baccalauréat en poche, elle savait pertinemment qu’elle n’en avait pas fini avec l’université. « J’ai toujours voulu faire un MBA, mais je voulais avoir un peu d’expérience avant. »

En 1981, elle commence sa carrière à la Banque Scotia, avant de rejoindre l’Institut des banquiers canadiens quelques années plus tard. En 1992, elle se sent fin prête à entamer son MBA. « Je trouvais que cette expérience sur le plancher des vaches me rendait plus crédible, plus critique aussi », se rappelle-t-elle. Pour celle dont le père Pierre J Jeanniot a été étroitement lié à la création du réseau de l’Université du Québec, le choix de s’inscrire à l’UQAM était évident. « C’est certain qu’il y a une partie de mon choix qui est dans mon ADN, explique-t-elle en riant, mais j’avais aussi beaucoup entendu parler de la qualité du MBA de l’UQAM dans mon milieu professionnel. »

« Ce retour à l’école m’a amenée à être plus curieuse intellectuellement, mais aussi à être critique face aux événements professionnels. J’ai compris l’importance de poser des questions pour faire avancer les choses. » Dans son programme très axé sur la pratique, elle comprend également l’importance du travail en équipe et de la collaboration. « Companies don’t succeed, people do » a été son mantra pour le reste de sa carrière.

Après quelques années à Toronto, elle revient à Montréal pour rejoindre la Banque Nationale et contribue à mettre sur pied les Bourses des diplômés UQAM de la Banque Nationale avec des collègues diplômés. « J’avais aimé mon passage à l’UQAM, et je voulais y faire une différence », souligne-t-elle. Son engagement se poursuit ensuite pendant 12 ans au conseil d’administration de la Fondation de l’UQAM.

En 2010, elle crée les Bourses Lynn-Jeanniot, destinées à des étudiants et étudiantes de l’ESG UQAM. Elle fait aussi un don d’action destiné au Centre de recherche et d’intervention sur le suicide, enjeux éthiques et pratiques de fin de vie (CRISE) afin de prévenir le suicide en milieu de travail. « Il y a décidément un côté de moi qui veut aider les gens. » Et en appuyant la Fondation, la recherche et les étudiants et étudiantes, on peut dire mission accomplie!

Cet article a été repris de la Fondation de l'UQAM.

Catégories :
Partager :